pluie fine contre bouche fine
et la fin d’une autre journée prend forme.
il vaut mieux être dehors
car à l’intérieur
les portes se ferment : enterrés vivants

par la chanteuse qui chante faux
et les mendiants, devenus pro
petite pièce ou ticket restau
papier photocopié,
comme les discours

rentrer, pour quoi faire
si ce n’est vouloir repartir
ailleurs, pour survivre
et y trouver, y vivre
la vie qu’on aurait aimé choisir

une plaie qui se rouvre, à chaque reprise
de cette dispute sans logique, sans fin
plait-il : fermez-la,
il faut cicatriser
vide de sens, on se vide de notre sang

et cette journée, cette vie
qu’on en finisse aussi
je m’en lasse, de mon banale histoire 
le temps fuit, c’est ce qu’on dit
mais selon qui ? que l’on m’explique :
rebelotte, jour après jour.