mes amis,
lites ceci
ah – vous disez, lisez?
et quoi encore –
ça se dit dites,
pas de e-z?

bon, d’accord,
je m’excuse (m’auto-pardonne)
on fait de notre meilleur
pour plus bien parler –

du french-bashing
non-exprès.
(mais ce ne serait pas un peu cherché ?
avec vos parkings et brushings
et footings et fair-play)

oui, entre le verlan et le chi’ti
et l’amuse-bouche d’en-on-an
la mission est périlleuse
mais tous les jours

nous l’acceptons.
l’impossible n’étant,
(selon vos légendes)
pas du tout français.