j’aurais donc perdu mon chemin
monsieur, s’il vous plait,
vous êtes du coin ?

peu importe, restez juste
que je m’agrippe à votre bras
mais vous partez déjà, vous êtes loin

depuis quand suis-je lasse, suis-je
lâche, depuis quand ;
à vrai dire, je n’en sais rien

ni envie, ni moyen, de garder la face
je me fais peur
qui va là, qui viendra

personne. je suis seule. autant m’endormir
se laisser passer
par l’autre chemin.